En ce premier jour du Seigneur 2K19, nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle interview du groupe Lord Mafia, originaire des Epinettes (91) et composé actuellement des rappeurs Dayron Clash et Rafee.
Après avoir sorti un premier EP, en Septembre 2017, ils viennent de dévoiler leur nouvel opus, « Lord of Trap II », le 14 Décembre dernier.
Puisqu’il est,  fortement, déconseillé de les appeler, à moins d’avoir investi dans un pare-balle, cet entretien est l’occasion rêvée de découvrir ces nouveaux héritiers de la Trap.

 

 

Lord Mafia

 

MU: Tout d’abord merci de bien vouloir répondre à cette nouvelle interview pour Musique Urbaine. On trouve assez peu d’informations vous concernant sur Internet. Pouvez-vous revenir, svp, sur vos parcours respectifs dans la musique, et sur la formation du groupe ?

DC: Dayron originaire des Epinettes à Evry, 91.
J’ai sorti mon premier projet, « Illusion », en 2015. Puis, avec Rafee, on a rapidement formé le groupe Lord Mafia .

R: Rafee from Les Aunettes/Epinettes à Evry.
Première apparition sur l’EP du frérot Dayron, sur la track avec Alkpote, «Savez vous fumez?». Puis, en 2017, premier projet de Lord Mafia, à savoir, «Lord of Trap». Là, on récidive avec le Vol. 2.

 

 

MU: Lord Mafia semble être une référence à des noms de groupes américains, comment avez-vous décidé de vous nommer ainsi?

DC: C’est ça. On s’est tellement buté à Three 6 Mafia que ça a, clairement, influencé notre choix.
On voulait un nom arrogant, qui colle avec nos personnalités et notre délire musical. On estime qu’on ne fait pas la même Trap, pas la même musique. On est donc les Lord de cette Trap là!

 

 

MU: Quelles ont été vos autres influences, dans le Rap?

DC: Three Six Mafia, Gucci mane.

R: Moi, j’écoute beaucoup de Rap New-Yorkais.

 

MU: Même actuellement? La scène New-Yorkaise semble vraiment être en déclin, par rapport a ce qu’on a pu connaitre par le passé…

R : Ouais, en déclin fort, avec toutes les merdes qui sortent. Mais ça mourra jamais! C’est la base, la Mecque! On a, encore, des rappeurs qui découpent fort comme Dave East, A$AP, et j’en passe…

 

 

MU: Vous aviez commencé en trinôme. Où est passé Facio Fass, qui était présent sur le premier EP?

R: Disons qu’il y a eu des divergences d’opinions…

DC: Chacun continue son chemin. Sans animosité, mais on ne pouvait plus continuer avec lui. C’est pour ça que nous avons décidé de l’écarter.

 

 

MU: Vos vues ont encore du mal à décoller, malgré le partage de sites influents comme Booska-P ou Générations. Quelle est votre ambition et comment pensez vous évoluer dans ce Rap Jeu?

DC: On n’est pas obnubilé par les vues. On est, encore, un groupe naissant. Donc, on se laisse du temps, on n’est pas pressé.
Ce qui importe, c’est d’offrir de la bonne musique, montrer qu’il y a d’ autres types de Trap…
Puis, 48K, pour des nouveaux, et être déjà placé sur des sites très exposés médiatiquement, je pense que c’est déjà un très bon début.
Les vues vont suivre avec le temps. Quant aux actus, c’est à nous de ne rien lâcher et, à vous médias, de jouer le jeu.

R: Après, on se fait plaisir, avant tout ! On partage nos sons, ceux qui kiffent le délire tant mieux. Sinon tant pis! Je pense qu’il y a de la place pour tout l’monde.

 

 

MU: Votre musique est plutôt sombre et violente, à la manière de groupes tels que XIII Block ou PSO Thug. Est-ce que, tout d’abord, c’est vraiment du vécu? Puis, aussi, est-ce qu’il y a, à l’instar des premiers Gangstas rappeurs comme Ice Cube, Snoop, … une volonté d’alerter votre auditoire de la violence du quotidien?

DC: C’est que du vécu personnel, ou ce que des proches on pu vivre. On ne triche pas, c’est pas de la science fiction, comme certains. On ne va pas parler de c’qu’on ne connaît pas, en tout cas. C’est comme ça qu’on fonctionne.
Après, dénoncer des problèmes sociaux, tout ça, on n’a pas cette prétention. Il y a d’autres rappeurs qui le font très bien et tant mieux. C’est ce qui fait que cette musique est aussi riche. Chacun s’approprie le Gangsta Rap à sa manière, et notre manière, c’est de raconter notre vécu.

R : C’est ça, puis, après, on ne dit pas des trucs de oufs non plus, on fait juste de la musique! Notre Rap peut être qualifié de trop cru ou violent, mais ce n’est que le reflet du monde.

 

 

Lord Of Trap II

 

 

MU: Merci pour ces réponses. Je voudrai maintenant qu’on s’attarde sur votre actualité, et donc la sortie de votre 2nd EP, « Lord Of Trap II« .
On note une réelle progression musicale par rapport au premier opus. Que ce soit au niveau des prods, des flows et même des textes.
Est-ce que c’est devenu plus simple de trouver une alchimie depuis que vous êtes 2 ?

DC: Avec Rafee, on traîne ensemble depuis qu’on est môme. Donc ouais, niveau alchimie, c’est forcément beaucoup plus fluide.

R : Ça simplifie beaucoup les choses, on avance beaucoup plus vite.

 

 

MU: Comment avez-vous travaillé sur la conception de l’EP? Tout ne semble pas s’être passé comme prévu. Vous avez modifié la cover, puis repoussé la date de sortie…

DC: Ca a pris du retard à cause de problèmes de logistique, mais, à la base, on a pondu le projet en 3 mois. Puis, on trouvait que la cover ne correspondait pas assez à notre délire. Elle était un peu trop simpliste. Le visuel final nous définit bien mieux.

 

MU: Quelles sont vos méthodes de travail en studio?

R: On avance beaucoup à l’instinct! Au coup de cœur, en fonction des Beats qu’on nous envoie. Dès que la Prod nous transporte dans une bonne vibe, ça peut aller très très vite.

 

MU: On note, également, 4 Featurings dans ce projet, avec des rappeurs prestigieux comme Stomy Bugsy et OG Maco, mais aussi, Liza Monet et Maska de la Sexion d’Assaut. Comment se sont faites ces connexions ?

DC: C’est nous qui les avons contacté et ils ont aimé notre travail. Le feeling est passé fort et on a bossé direct!

R: Ils sont passés au studio et on a fait ça, salement.

 

 

MU: Comment souhaitez-vous évoluer, à l’avenir ? Est-ce qu’ un album, une tournée, des collabs sont prévues?

DC: Un album?! Non, pas pour maintenant! Mais, par contre, LORDOFTRAP3, courant 2019.
Pour l’instant, on va défendre le projet comme il faut, faire une petite tournée de Showcases, de festivals et on verra pour la suite… Mais ça va arriver très vite!!!

R: On fera, forcément, un album, mais pas de suite. Mais y’aura un album de Lord Mafia, c’est sûr!
Puis, concernant les Feats, je trouve qu’on a déjà, beaucoup, collaboré! Après, on n’est pas fermé. Mais là, on va pas forcément chercher de nouveaux Featurings.

 

MU: Merci pour tout. En espérant que ce très bon EP puisse vivre comme il le mérite. Un mot, une dédicace à placer pour conclure cette interview ?

R: Ben écoute, un grand merci à toi pour la promotion de notre projet.

DC: Oh Lord !!!

 

 

@Loïc Sgr X Lord Mafia